teaser

L’Homme, créature de conscience, espèce conquérante et insatiable, prêt à tout pour assouvir ses désirs les plus cruels, au nom de notions abstraites qu’il croit maîtriser : le bon, le bien, le juste ; quand il ne s’agit pas d’argent, de pouvoir et d’admiration. Mais si l’Homme est une créature que l’on peut juger, il représente les pions sur l’échiquier de l’équilibre. Par le noir et le blanc qu’il peint dans ses gestes et ses mots, il permet à la nuance de gris d’exister, et d’ainsi de faire perdurer la balance universelle. Mais l’Homme à lui seul ne parviendrait pas à maintenir cet équilibre, car s’il lui obéit, c’est inconsciemment. Alors il nécessite la présence de guides que l’univers lui aura apporté assez tôt dans son existence, quand il devint une créature de conscience et d’intelligence, capable d’influencer le cours des choses et la stabilité de l’univers. Les Animas, espèces indispensables au bon fonctionnement de ce monde qu’est le nôtre, sont nos guides à travers le temps. Ils nous apprennent le noir et le blanc que nous devons ensuite jauger à la bonne convenance, pour réussir à garder l’équilibre intact. Au travers les légendes indiennes, les Animas sont dépeints comme des animaux totems, des guides qui apparaissent à l’Homme pour l’aider dans son chemin de vie. Mais si les légendes ne se trompent pas sur leur existence, elles s’éloignent cependant de la réalité quand elles les imaginent comme des êtres chimériques et spirituels qui choisissent nombreuses personnes à guider. En réalité, un Anima est une créature physique et concrète qui ne choisit qu’un seul humain, qu’on appellera Élu, parmi une masse grouillante de potentiels qui se sentent étroitement liés à lui. Il existe un Anima par espèce animale, et il représente à lui seul l’entièreté de ses déclinaisons. Chaque Anima transfère à son Élu un certain nombre de capacités, couramment trois, qui lui permettront de saisir davantage la parole de l’univers. Et c’est ainsi, par le biais de ces créatures de l’univers, que l’Homme a la chance de participer activement à la stabilité des mondes.
contexte et intriguesbases à connaîtreLes bottins
« minimum un rp par mois ∴ minimum 400 mots par réponse. »

staff

James DANVERSmpprofil

Membre à l'affiche

Joel Knightfiche joueur

Chronologie du forum

  • 09 novembre 2018NOUVELLE INTRIGUE - La naissance de la Résistance.
  • 07 novembre 2018NOUVEAU DESIGN - L'hiver arrive sur Instincts !
  • 28 octobre 2018WOULD YOU RATHER - Halloween event.
  • 15 août 2018Ouverture de la partie jeu.
  • 01 août 2018Ouverture générale du forum et des inscriptions.
  • 03 juillet 2018 Création du forum.
Discord
« 18 personnages dont 3 double-comptes »

Prédéfinis Scénarios








 :: Rencontre des Esprits :: Glasgow :: Argyll Forest Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(ready to fly) ft Cameron D. Young

avatar
Age : 35
Lettres déposées : 122
Anima : Loup.
Métier : Fermier / boxeur professionnel.
Crédits : sign (alecorbit) — ava (Lempika)





Joel N. Knight
Affranchi
Ven 2 Nov - 16:07
I saw you standing there and I knew
I'm done for, it's over, I'm through
Playing games from the start
Sinking your nails in my heart
Le loup et la pleine lune étaient sans aucun doute un duo indissociable, tel des inséparables qui ne survivraient pas l'un sans l'autre. Le loup piétinait les feuilles mortes de ses pattes lourdes, il traversait les petits chemins naturels, créés par la séparations des arbres qui habitaient cette forêt. Sa démarche alternait entre une certaine lenteur et une certaine hâte. Son pelage brun était peu visible dans l'obscurité des arbres qui masquaient le coucher de soleil et le ciel orange sanguin. Derrière lui, courrait son élu qui semblait bien plus pressé que lui d'atteindre leur destination, la lune allait bientôt se montrer de sa grandeur, illuminant alors le ciel écossais. Il ne voulait pas rater ce spectacle. La fraîcheur de l'automne se faisait sentir sur leurs peaux, le loup protégé par sa fourrure en souffrait moins que l'homme derrière lui qui frémissait recevant l'air frais en plein visage, balancé par la danse des branches au gré du vent. Cette grande bouffée d'air frais lui permettait d'oublier ses angoisses mais ne soignait point les maux.

Et finalement, ils arrivèrent à leur destination finale, une clairière en ras de forêt, planté en haut d'une espèce de colline enfermé par les arbres qui entourait son flanc arrière. Le brun alla s'asseoir dans l'herbe en tailleur allant appuyé ses mains derrières lui, plantant ses paumes dans l'herbe. Son regard se plongea dans le ciel qui sombrait de plus en plus dans la nuit, laissant ainsi les étoiles le transpercer.  Finalement la nuit tomba complètement, la forêt se tut, plus un bruit, plus un mouvement de branche, plus rien. Les yeux bleus de l'élu fixant la lune un moment pour finalement se fermer pendant quelque minutes. Les hématomes qu'il avait encore au visage disparaissaient doucement, le libérant ainsi de la douleur et des souvenirs qu'ils émanaient. Minute par minute, il retrouvait une balance entre le mal être et le bien être, un entre deux qui le tenait assez en équilibre pour qu'il ne chute pas à nouveau. Le lien entre la lune et le loup le soignait mais ça ne soignait malheureusement pas tout. Les deux vieux amis restèrent là une heure pour ensuite repartir dans l'autre sens et ainsi rentrer chez eux.

La nuit passa ensuite tranquillement seulement perturbé par un cauchemar mais qui ne fut pas assez violent pour le réveiller. Ce cauchemar avait toujours le même sujet, toujours la même scène depuis quelques semaines. Il n'avait pas réussi à s'en défaire. Le loup le sentit, alors il s'était introduit dans la chambre et s'était allongé sur les jambes de son élu qui le vit au réveil et alla lui caresser le dessus de la tête avec lenteur. Ses doigts parcouraient doucement ses poiles, allant parfois s'aventurer sur ses oreilles et son grand cou de loup. Finalement il bloqua son front contre celui de son loup, soufflant bruyamment.

Tu n'as pas besoin de lui. Tu as avancé, t'es devenu une meilleure personne. Il te tirera vers le bas, tu le sais mieux que quiconque, Joel. - un dialogue sans un bruit de parole, un dialogue qu'eux seuls comprenaient, l'élu ne répondit guère, se contentant de respirer de manière forte et parfois saccader dans des sanglots retenus au fin fond de son gosier. Quelques minutes s'écoulèrent et il lâcha le loup pour se laisser tomber dans son matelas - Le monstre est à nouveau là. que l'élut finalement lâcha à Fenrir qui fronça ses papilles pour montrer un certain dédain. - Il n'est là que par ce que t'y penses. l'élut grogna doucement. Le monstre qu'il se risquait d'appeler n'était autre que ce qu'il était pour de vrai, cette chose qu'il ne nommera jamais pour ne pas avoir à l'assumer. S'il le nommerai, ce serait admettre qu'elle existe. Il avait réussi à vivre sans, il avait presque réussi à l'oublier au fond du placard mais l'autre l'avait fait ressortir de plein fouet. Ses mots résonnaient encore dans son crâne, dans ce rêve récurrent.

Les deux sortirent du lit ensuite, Joel ne prit pas le temps de manger, avalant seulement ses anti dépresseurs qu'il n'avait jamais arrêté. Fenrir avait beau être ce qui l'avait sauver, ce qui le tenait en vie, il savait aussi que certaine chose n'était pas de son ressort. Il sortit ensuite de la grange pour aller ouvrir l'enclos des quelques moutons qu'il avait pour les faire gambader dans les champs et leur faire manger les mauvaises herbes tandis qu'il s'attelait à  travailler la terre un peu plus loin. Fenrir qui semblait trouver le temps long n'eut pas meilleure idée que de traumatiser les moutons. Mais il ne leur faisait jamais rien, sachant très bien qu'il n'avait pas le droit. Joel n'avait pas vraiment eu besoin de faire la police ou quoi que ce soit, il le respectait bien trop mais c'était aussi le cas pour son anima qui savait que ces moutons n'étaient pas là pour le nourrir. La journée passa assez vite et ils rentrèrent chez eux et un peu fatigué, l'élu s'affala sur son canapé. Le loup lui, semblait encore plein d'énergie et se moquait alors de ce dernier comme pour le narguer. C'est ainsi que démarra une pseudo bagarre bien que le brun fini au sol.

Alors que tout se passait jusque là très bien, ils entendirent la porte d'une voiture claqué. Joel lui se figea quelques secondes alors que Fenrir qui d'habitude se contente de disparaître à l'arrière de la grange se mit à grogner de plus belle vers la porte. Le brun se releva alors et regarda par la fenêtre. L'homme sortit de sa voiture. Cameron. Cela expliquait la soudaine colère de l'anima. Il ne l'avait pas revu depuis sa fuite mais il savait qu'il allait finir par se repointer. Cependant, il ne voulait pas le revoir. Alors il ferma les verrous de la porte et sortit par l'arrière et prit la décision d'aller se réfugier dans la forêt. Si le blond voulait le voir, il pouvait toujours courir le chercher. Bien qu'ici, il était sur le territoire du loup qui avait la forêt dans sa poche. Le félin allait-il réussir à le chasser ?

You bring out the worst in me
code par EXORDIUM. // Feat @Cameron D. Young.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I N S T I N C T S :: Rencontre des Esprits :: Glasgow :: Argyll Forest-
Sauter vers: