teaser

L’Homme, créature de conscience, espèce conquérante et insatiable, prêt à tout pour assouvir ses désirs les plus cruels, au nom de notions abstraites qu’il croit maîtriser : le bon, le bien, le juste ; quand il ne s’agit pas d’argent, de pouvoir et d’admiration. Mais si l’Homme est une créature que l’on peut juger, il représente les pions sur l’échiquier de l’équilibre. Par le noir et le blanc qu’il peint dans ses gestes et ses mots, il permet à la nuance de gris d’exister, et d’ainsi de faire perdurer la balance universelle. Mais l’Homme à lui seul ne parviendrait pas à maintenir cet équilibre, car s’il lui obéit, c’est inconsciemment. Alors il nécessite la présence de guides que l’univers lui aura apporté assez tôt dans son existence, quand il devint une créature de conscience et d’intelligence, capable d’influencer le cours des choses et la stabilité de l’univers. Les Animas, espèces indispensables au bon fonctionnement de ce monde qu’est le nôtre, sont nos guides à travers le temps. Ils nous apprennent le noir et le blanc que nous devons ensuite jauger à la bonne convenance, pour réussir à garder l’équilibre intact. Au travers les légendes indiennes, les Animas sont dépeints comme des animaux totems, des guides qui apparaissent à l’Homme pour l’aider dans son chemin de vie. Mais si les légendes ne se trompent pas sur leur existence, elles s’éloignent cependant de la réalité quand elles les imaginent comme des êtres chimériques et spirituels qui choisissent nombreuses personnes à guider. En réalité, un Anima est une créature physique et concrète qui ne choisit qu’un seul humain, qu’on appellera Élu, parmi une masse grouillante de potentiels qui se sentent étroitement liés à lui. Il existe un Anima par espèce animale, et il représente à lui seul l’entièreté de ses déclinaisons. Chaque Anima transfère à son Élu un certain nombre de capacités, couramment trois, qui lui permettront de saisir davantage la parole de l’univers. Et c’est ainsi, par le biais de ces créatures de l’univers, que l’Homme a la chance de participer activement à la stabilité des mondes.
contexte et intriguesbases à connaîtreLes bottins
« minimum un rp par mois ∴ moyenne de 400 mots par réponse. »

staff

James DANVERSmpprofil

Membre à l'affiche

Joel Knightfiche joueur

Chronologie du forum

  • 02 février 2019CONCOURS - Bande annonce forum.
  • 09 novembre 2018NOUVELLE INTRIGUE - La naissance de la Résistance.
  • 07 novembre 2018NOUVEAU DESIGN - L'hiver arrive sur Instincts !
  • 28 octobre 2018WOULD YOU RATHER - Halloween event.
  • 15 août 2018Ouverture de la partie jeu.
  • 01 août 2018Ouverture générale du forum et des inscriptions.
  • 03 juillet 2018 Création du forum.
Discord
« 18 personnages dont 2 double-comptes »

Prédéfinis Scénarios








 :: Mémorial des oubliés :: Les Archives :: Oubliettes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Craig Forbes - Elu du Lion - Alliance

Anonymous





Invité
Invité
Dim 9 Sep - 20:29
Nom/Prénom : Craig Forbes
Type de personnage : Prédéfini
Espèce souhaitée : Élu
Faction souhaitée : L’Alliance, la Trinité même.
Avatar souhaité : Henry Cavill
Anima souhaité (si ÉLU ou POTENTIEL uniquement) : Lion
Capacités du personnage (si ÉLU uniquement) :
La Contrainte : Il peut forcer quelqu’un à agir comme bon lui semble, tant qu’un contact visuel est maintenu. Bon, l’avantage, c’est qu’il faut impérativement une aide extérieure pour se soustraire au regard perçant de Craig.
Il y a deux façons de contraindre une personne, physique ou mentale. La première agit directement sur les mouvements, laissant le sujet conscient de ce qu’il est en train de faire, mais incapable de s’empêcher d’agir. La seconde lui donne l’illusion qu’il a réellement choisi d’agir ainsi… Plus subtile et moins violente pour le sujet, mais aussi plus compliquée pour Craig, qui maîtrise mieux la première version de sa capacité.

Vos nombres de mots ou de lignes effectuées lors d'un RP : Environ 400 mots, mais ça peut aller jusqu’au millier si je me sens particulièrement inspiré. Après, selon les topics, je me sens avoir tout dit au bout de 300 mots, souvent parce que c’est davantage basé sur l’action qu’autre chose, ou que j’ai peur de retirer de l’initiative à mon partenaire RP. En règle générale, j’essaie de m’adapter. Pareil pour ce qui est du rythme, j’ai un rythme assez soutenu, à genre 2 ou 3 RP / semaine par topic, mais je laisse parfois du temps passer si je sais que l’autre a besoin d’un moment avant de répondre.

Avez-vous des questions ? J’en avais plein mais on y a bien vite répondu (avant même que je les pose) ! Du coup bah… T’habites chez tes parents ?

Tiens en vrai, j’en ai une : est-ce que Craig peut enseigner parfois à l’académie ?

Revenir en haut Aller en bas
Joel N. Knight
Age : 36
Lettres déposées : 152
Anima : Loup
Métier : Fermier / boxeur professionnel.
Crédits : Ava (Hoodwink)





Joel N. Knight
Affranchi
Dim 9 Sep - 20:41
Henry <3 <3

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Dim 9 Sep - 20:50
Bienvenue! Avec cette gueule parfaite  Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Les Anciens
Lettres déposées : 233





Les Anciens
Administrateur
Dim 9 Sep - 21:10


Félicitations Craig Forbes !

Les administrateurs d'Instincts ont le plaisir de t'annoncer que ton idée de personnage a été retenu et validé. Ainsi, tu peux donc dès à présent procéder à ton inscription en utilisant le code se trouvant ci-dessous et en le postant à la suite de ton sujet.

Encore merci d'avoir choisi ce personnage ! Et pour répondre à ta question ; oui, Craig peut tout à fait enseigner à l'Académie si tu le souhaites. Wink

Une fois ton inscription terminée, tagues-nous pour nous le signaler de cette manière :
Code:
@"Les Anciens"





Revenir en haut Aller en bas
Rae Lucas
Age : 21
Lettres déposées : 173
Anima : Rouge-Gorge
Métier : Enseignante à l'académie
Crédits : avatar: SWEET POISON





Rae Lucas
Érudite enseignante à l'Académie des Lions (Alliance)
Dim 9 Sep - 22:41
Salut toi !
Je me réjouis de te lire, ce perso est trop badaaaasss
Revenir en haut Aller en bas
Aleksander Volker
Age : 36
Lettres déposées : 88
Anima : Scorpion
Crédits : Hell Rider





Aleksander Volker
Second hiérarchique de la Confrérie
Lun 10 Sep - 0:27
Bienvenue et bon courage dans la rédaction de ta fiche. ~
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Lun 10 Sep - 8:58
Bon allez, je fais un effort. Bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Lun 10 Sep - 22:23
Craig Forbes

37 ans - 03.03.1981
Britannique (Écosse)
Alliance
Élu
Membre de la Trinité
Célibataire
Bisexuel qui s'ignore
Henry Cavill


Meet me
Anima choisi

L’Anima du Lion est une figure imposante, et pas seulement parce qu’elle symbolise le pouvoir au sein de l’Alliance. La bête est massive, musculeuse, et si elle vous regarde d’un œil torve vaguement ennuyé, nul doute qu’un coup de patte suffirait à vous faire voler à travers la pièce. C’est un intimidant gros chat qui vous jauge et vous juge, du moins quand il n’est pas trop occupé à faire la sieste. D’aucuns lui reprochent sa passivité, sa dominance qui ne semble qu’illusoire et illégitime : un rugissement et un regard suffisent généralement à rappeler à ces gens-là que le Lion n’a pas volé sa place, et qu’il en est toujours digne.



Capacité

Contrainte.

Le mot est fort, à l’image de cette capacité si étouffante de responsabilité que Craig ne s’est jamais imaginé en avoir une autre. Le Lion a bien fait de séparer ses pouvoirs en trois, même si la cohabitation n’est pas toujours facile.

Pour exercer ce pouvoir, Craig a besoin d’un contact visuel ininterrompu : tout passe par son regard perçant, duquel l’autre ne peut se soustraire sans aide extérieure.

Il existe deux types de contrainte : physique et mentale. En effet, Craig peut soit contraindre les muscles de quelqu’un à se contracter, à faire un geste précis, ou aucun geste du tout ; soit lui intimer d’agir de telle ou telle manière. La principale différence est que, dans le premier cas, la personne est bien consciente qu’on manipule son corps contre sa volonté… Dans le second, les choses sont plus floues, mais le geste concret est toujours le reflet du ‘choix’ du sujet.

Craig a plus de facilité à utiliser la contrainte physique que mentale : pas besoin de faire semblant ou de faire un remake d’Inception, le résultat est là et il se fiche pas mal que la personne sache qu’elle ait été manipulée. Dans la plupart des cas, cela suffit. Néanmoins, il ne peut pas négliger l’autre aspect de sa capacité, à laquelle il s’exerce quand il aura besoin d’être un tantinet plus subtil et de ne laisser aucune trace.


Biographie

Entrer dans le bureau de Craig, c’est littéralement entrer dans sa vie. Chaque objet lui rappelle une personne, un événement particulier, une période de son existence. Les souvenirs ne sont pas tous bons, mais il a appris en grandissant que pour être réellement en paix avec ses sentiments, il valait mieux les accepter, dans tout ce qu’ils avaient de positif ou de négatif.

Le Prince de Machiavel

Le tome trône dans sa bibliothèque, bien en vue juste à gauche de son épaule lorsqu’il est assis derrière son bureau. Cette lecture l’a marquée autant que celle de l’Art de la Guerre de Sun Zi, ou de l’Illiade d’Homère, à ceci près que l’édition de l’ouvrage lui a été offert par une ancienne conquête.

Conquête. Le mot n’est pas le bon, songe Craig. Jamais il n’a considéré l’amour ou la séduction comme un champ de bataille, et ce n’est pas à presque quarante ans qu'il va commencer. C’est un jeu, tout au plus, dans lequel les règles doivent être établies et connues de tous. Avec elle, ce n’avait pas été le cas.

Craig a bien connaissance de l’impression de puissance et de domination qu’il peut donner, de son image d’Élu du Lion inflexible et inatteignable, sorte de statue de granit que rien ne saurait entailler. C’est bien loin de sa vérité, de ce qu’il voit en se regardant dans le miroir. Il a lu Machiavel pendant ses études à l’Académie, et l’a relu quand elle lui avait offert cette édition particulièrement jolie, donnant un cachet certain à sa bibliothèque où énormes livres documentaires, tomes ayant un siècle et bête poche à quelques livres se côtoient dans la plus grande des égalités.

Le Prince est une lecture enrichissante, mais qui a éraflé l’idéalisme et l’optimisme de Craig avec son pragmatisme à la limite du cynique. Peut-être que c’est ça, grandir. Surtout quand on est un potentiel du Lion, amené à devenir un Érudit. Craig sait désormais qu’il y a des situations où être trop gentil est contre-productif, où la souplesse devient une faiblesse, et où on attend de lui qu’il soit à l’image de son anima.

Parce quand elle l’a largué, en lui faisant bien comprendre à quel point il était nul, co-dépendant, pathétique, collant, étouffant et possessif, il aurait dû être plus fort qu’il ne l’a réellement été. Il avait fait des efforts pourtant, tenter de corriger ses défauts, de faire moins peser sur elle ses propres doutes et insécurités, en vain. Plus il la sentait partir, plus il en faisait pour la garder ; et plus il en faisait, plus elle était irritée. Craig est bien en mal de dire à quel moment exactement ils ont franchi le point de non-retour, mais quand elle est partie, elle s’est bien assurée qu’il n’y ait plus qu’un champ de ruines derrière elle, une terre brûlée sur laquelle rien ne pousserait plus.

Il a voulu jeter ce bouquin, à une époque. Juste après la rupture. Il n’en pouvait plus de le voir, ce rappel physique et littéraire de tout ce qu’il y avait de mauvais dans ce monde. Les complots, les manigances et la manipulation dont le Prince, et elle, avaient fait preuve. Il a su quelques jours après qu’elle l’ait quitté qu’elle avait trouvé quelqu’un d’autre, et se refusait à le lui dire. Que ça durait depuis un moment déjà. Qu’elle ne s’intéressait plus à lui que pour sa position future au sein de l’Alliance : le futur Érudit du Lion qu’il était avait encore le cœur tendre.

C’était il y a quinze ans, et il lui avait bien fallu deux ou trois ans avant de faire la paix avec cette partie de sa vie, avant de pouvoir regarder le livre dans la couverture et le rouvrir. Il l’avait aimée, et même si elle avait décidé de jeter son offrande au feu, les souvenirs de Craig étaient la preuve qu’il était capable de ressentir quelque chose. Mais c’est aussi un rappel, un avertissement : il s’est juré qu’on ne l’y reprendrait plus.

Statuette d’Achille

Ce n’est pas son héros grec préféré, mais il l’admire quand même beaucoup. La colère froide, presque divine de ce personnage est à la fois une inspiration et un avertissement. Patrocle aura été source de sa plus grande force mais également sa plus grande faiblesse. Entre ça et son ex-petite-amie (littéralement) machiavélique, Craig a eu le temps de prendre des notes.

Cette statuette de peu de valeur en réalité est de plus un cadeau de ses parents, à l’époque en voyage en Grèce. Lui suivait encore des cours dans un lycée tout ce qu’il y a de plus normal, du moins quand on parle du Royaume-Uni. Uniforme, discipline stricte, internat… Ce ne fut pas toujours facile. Craig n’était pas bien populaire, que ce soit auprès des garçons qui le trouvaient trop rat de bibliothèque, ou auprès des filles pour qui il était trop enveloppé. Le seul confort qu’il avait, c’était ses livres et ses deux amis qu’il avait réussi à se faire, et avec qui il correspond encore parfois. Enfin, l’un d’entre eux.

Achille, c’est un rappel constant que tout le monde a un point faible, et qu’il ne fait pas exception. Il n’en a pas besoin, soit dit en passant, car il est bien conscient d’avoir énormément de points faibles… Mais il sait qu’il aura beau se blinder, il y aura toujours quelqu’un pour frapper là où ça fait mal.

Sceau du Lion

Il traîne souvent sur le bureau, prêt à cacheter des lettres officielles, symbole du pouvoir qu’il a désormais. Lui aurait-on prédit l’avenir lorsqu’il était petit qu’il ne l’aurait pas cru : il était inconcevable pour le petit garçon qu’il a été qu’il ne réussisse un jour à atteindre ce sommet-là.

Le Lion lui est venu tôt. Il y avait toujours une figure léonine dans sa chambre, et il en rêvait souvent. Si souvent que c’est devenu presque une obsession et que les médecins ont soupçonné des traits autistiques. Mais non, rien de tout ça, juste un garçon véritablement enthousiasmé par ses discussions nocturnes avec son Anima, jusqu’à ce qu’elle lui vienne enfin. Le symbole était là, il avait officiellement tout d’un potentiel. Le moment venu, il pourrait aller à l’Académie.

Gardant ce secret pour lui, il suivit une scolarité classique, avec tout ce qu’elle comportait de mauvais traitements en tout genre. Craig était un adolescent faible, loin d’être le leader de la meute : à part, reclus avec ses deux amis, il préférait se plonger dans les livres et l’Histoire plutôt que de s’intéresser au monde extérieur.

Ce n’est vraiment qu’en arrivant à l’Académie qu’il s’est ouvert enfin aux autres. Ils étaient comme lui, après tout, et pouvaient comprendre. Les cours étaient bien plus intéressants que tout ce qu’il pourrait apprendre au dehors… Pour la première fois de sa vie, Craig se sentit à sa place.

Cette impression est toujours là, bien présente, même si les relations avec Agathe et William ne sont pas toujours au beau fixe. Ce dernier surtout, véritable figure de proue de leur triumvirat, est personnellement impliqué dans la création de cette Confrérie… C’est son frère qui en est à la tête, et même si Will n’est pas Lex, Craig ne peut s’empêcher qu’il a sûrement une prise sur lui que ni Agathe ni lui n’auront jamais. Et qu’il a fermé les portes un peu trop fort et vite.

Stylo plume

À côté du sceau git un stylo, une plume d’acier qui n’a de valeur que sentimentale, tant elle a été usée par l’écriture harmonieuse de Craig. Il s’en sert régulièrement pour ses courriers personnels, même à l’heure numérique. Il y a quelque chose de bien plus intime à rédiger les choses à la main, et Craig est bien plus à l’aise à l’écrit.

C’est un véritable érudit, cultivé et aux réparties piquantes, mais qui est avare de mots à l’oral. Il n’a appris à s’exprimer en public que parce qu’il n’en avait pas vraiment le choix : là où il excelle, c’est quand l’encre court le papier.

Ce stylo, il le prend pour garder ses amis près de lui lorsqu’ils sont loin de son Écosse natale, pour annoncer les bonnes comme les mauvaises notes à ses étudiants, pour ouvrir un dialogue qu’on pense fermé ou impossible. Curieux, pour quelqu’un qui a comme capacité la contrainte, l’imposition de sa volonté aux autres. Si Machiavel et Achille lui ont appris quelque chose, c’est qu’on obtient bien plus par le respect que par la peur, que la loyauté est plus solide grâce à l’amour que grâce à la coercition. Le Lion est ce tyran éclairé qui écoute plus qu’il n’agit, qui laisse faire plus qu’il n’ordonne, qui, sage, ne rugit que lorsqu’il s’y sent forcé.

Papiers sur le bureau

Il n’est pas toujours bien rangé, ce bureau, surtout en ces temps troublés où un nouveau groupe fait son apparition. L’Araignée pense-t-elle vraiment pouvoir défier l’Alliance ? Et de cette manière ? Craig n’aime pas s’opposer, évite les conflits, mais il est des affrontements qui sont inévitables. William a pris les devants cette fois-ci, laissant un goût amer à Craig. Ils en discutent régulièrement, mais ne parviennent jamais à se mettre d’accord sur comment agir, et pendant ce temps-là, la Confrérie gagne en influence. Impensable.

L’image de l’Alliance n’est pas à son summum, ça ne fait aucun doute. C’est bien pour ça que Craig réfléchit à une approche la plus efficace possible pour rassembler autour de la Trinité et du Conseil un maximum de gens, pour que les défections en faveur de la Confrérie cessent… Et il ne peut pas y arriver s’il fonce dans le tas en coupant des têtes ou en forçant les gens à sauter d’un pont. Ce genre d’actions seraient si contre-productives… Craig n’a pas signé pour ça, en plus de ne pas être une brutasse naturelle.

Ils devront trouver une solution, non seulement à trois mais avec l’aide du reste du Conseils et de l’Académie, chacun des leurs ayant voix au chapitre selon Craig. Peut-être que s’ils avaient été davantage à l’écoute, il n’y aurait eu personne pour rejoindre Lex Hudson ?

Boîte ouvragée

Ce sont là des considérations qu’il ne peut partager avec tous ses amis, car il garde encore de simples humains dans sa liste de correspondants. Chaque lettre est soigneusement gardée, archivée dans une jolie boîte avec quelques fausses dorures. Il y a quelques détails intimes, mais rien de bien compromettants dans ces documents personnels. Craig aime seulement la sensation de l’objet ayant voyagé, du papier portant des mots venant parfois de l’autre bout du monde. Cela lui donne toujours le vertige, même à la millième relecture.

Il s’est même réfugié dans ces récits tronqués, ses propres mots étant absents et dispersés aux quatre coins du monde, lorsque le rite de passage fut enfin terminé. Le Lion a un esprit complexe et intéressant : Craig, aussi blindé fut-il, savait qu’il ne pouvait pas se prémunir contre tout. Les émotions qu’il pouvait combattre, il les repoussa. Les autres, il les accueillit dans leur entièreté.

Dans la première pièce, il revit ses amis du lycée, ceux qui l’ont aidé à affronter la cruauté des adolescents et qui, avec lui, l’ont surmontée. La violence appelle la violence, et la meilleure réponse face aux brutes du lycée était de ne pas agir, d’ignorer, de laisser les mots couler sur lui comme l’eau sur les plumes d’un canard.

La seconde pièce lui montra ce qu’il n’a jamais pu voir, ce qu’il ne peut qu’imaginer. L’accident de voiture qui lui enleva l’un de ces deux chers amis, ayant lieu à des kilomètres de là, au sud de Londres. Que pouvait-il faire face à la mort et au hasard ? Pleurer, gérer ce deuil sans le nier.

Pas comme ce qu’il avait fait avec cette rupture explosive, dont il eut un rappel dans la troisième pièce. Elle était là, devant lui, lui balançant toutes sortes d’horreurs. Certaines étaient de purs mensonges, mais d’autres résonnaient de vérité, trouvant un écho dans l’estime de soi déjà abîmée de Craig. Non, il devait rester calme, accepter que tous ses défauts ne pouvaient être corrigés, et pire même, que même si c’était le cas, elle serait partie. Il n’y a aucun intérêt à arroser une plante déjà morte : Craig devait se préserver, couper les ponts, et cautériser ses plaies.

Dans la dernière pièce, il eut une surprise. Il ne s’attendait pas à voir celui qu’il considérait comme son collègue, un Élu parmi tant d’autre qui pourtant… sortait du lot. Il le vit partir, s’éloigner, le mépris dans les yeux, sans qu’il sache vraiment pourquoi. S’il voulait partir, alors c’était son droit, qui était Craig pour le contraindre à rester ? Sa capacité ne servait pas à ça de toute façon, et puis il avait été bien élevé, il respectait… Non. Avant même qu’il s’en rende compte, il avait fait un pas, puis un second vers cette silhouette qui lui tournait le dos, et lui avait attrapé le bras. Reste, avait-il murmuré, et le dernier fragment de clé lui fut donné. Il semblerait que le Lion qui l’accueillait derrière la porte au fond du couloir ne soit pas toujours partisan de non-agir.

Oui, il y a des moments où Craig devrait cesser d’être aussi distant et détaché qu’il prétend l’être.

Coupe papier en argent

Cette silhouette, c’était celle de Victor Mitchells, qui lui avait offert un coupe papier en forme d’épée, sans trop que Craig sache pourquoi. L’objet étant en argent, c’est peut-être la seule chose précieuse dans cette pièce, à l’exception bien sûr du sceau du Lion, qui avait une valeur inestimable.

Craig l’avait accepté, bien qu’il ne s’en sente pas réellement digne, ou qu’il ne sache pas bien ce qu’un tel cadeau pouvait représenter pour Victor. Un simple cadeau de Noël, peut-être, pour être poli avec son boss ? Craig en doutait, ce n’était pas le genre de Victor. Toute cette affaire avait été un peu embarrassante pour l’Élu du Lion, si bien qu’il préférait ne plus y penser.  



TEST RP
La Trinité, c’était quand même un truc assez chronophage : entre les réunions, les engueulades, les dîners, les notes à prendre et les nouvelles à digérer, il arrivait que Craig n’ait pas autant de temps qu’il le voudrait à consacrer à ses étudiants. Puisqu’il en avait la possibilité, il lui arrivait de descendre de sa tour d’argent pour se mêler à la foule estudiantine pour lui donner quelques heures de cours par ci par là. Des cours en priorité pour les potentiels du Lion, mais qui pouvaient profiter à tous.

Loin de se considérer un expert en philosophie ou en stratégie, il lui arrivait quand même de faire un petit exposé d’une heure ou deux sur un point précis du Prince ou de l’Art de la Guerre, ou encore de parler simplement de l’usage des capacités et ce que la responsabilité qui incombait à ceux qui le faisaient. Son entrée en matière avec une démonstration de sa propre capacité suffisait souvent à faire taire les insolents qui le prenaient pour un rigolo de par sa réputation de point faible de la Trinité. Ce n’était pas parce qu’il était plus observateur et passif que les autres qu’il ne pouvait pas donner un coup de pied dans la fourmilière… ou effrayer gentiment les nouveaux venus.

Il lui arrivait aussi de donner du travail personnel à ses étudiants, chose qu’il regrettait souvent a posteriori car cela impliquait une correction. Encore plus chronophage que de parler de ses auteurs préférés ou de faire le mariole sur une estrade : cette fois, il n’avait pas eu le temps de s’en occuper et s’était reposé sur un des enseignants de l’Académie, Victor. Apparemment, ça n’avait pas été l’idée du siècle puisqu’il avait reçu quelques plaintes, dues à l’injuste sévérité de leur correcteur. Craig avait jeté un coup d’œil et effectivement, il y avait un peu de cruauté gratuite dans tout ça… Alors il avait convoqué l’homme pour en discuter.

Quand il entra dans son bureau, Craig fut encore surpris de sa taille. Victor Mitchells était immense… Du haut de son mètre quatre-vingt trois, l’Élu du Lion avait quand même une tête de moins. C’était pas juste.

— Assis-toi, Victor.

— Laisse-moi deviner, tes étudiants ont mal pris mes remarques ?


Toujours aussi direct. Craig soupira en se tenant le nez entre le pouce et l’index, avant de hocher la tête.

— Oui. Qu’est-ce qui t’as pris ? D’habitude avec les tiens t’es pas comme ça…

— J’y peux rien si ce que j’ai lu était un ramassis de conneries…

— Y a une façon de dire les choses.


Victor haussa les épaules. Soit.

— Qu’est-ce qu’il y a ? T’es vexé que j’ai fait ce cours à ta place ?

Les bras croisés, Craig observa Victor dans les moindres détails : la façon dont il fronçait les sourcils, les mouvements légers mais tout à fait perceptibles de sa mâchoire, ses lèvres pincées, son regard fuyant. Au moins avait-il conscience d’avoir fait une connerie, mais le souci était qu’il ne voulait pas dire pourquoi il l’avait commise.

— Victor.

Aucune réaction, seulement un regard encore plus fuyant.

— Je vais repasser sur les copies et toi tu vas leur faire un cours de rattrapage. Si t’as un problème avec eux ou leur façon de voir les choses, je t’en prie, dis leur en face. Je sais que tu me trouves trop gentil, et que si tu es dur avec eux c’est parce que tu veux leur bien. Crois-moi, ça ne marche pas. Ou alors pas assez longtemps.

D’un geste de la main, Craig notifia à Victor que le sermon était terminé et qu’il pouvait sortir s’il le souhaitait. Il lui tourna le dos, prêt à passer la porte, avant de s’arrêter. Sans faire face à Craig, il lui confia dans un soupir las :

— J’étais de mauvais poil ce soir-là. J’aurais pas dû bosser.

Un sourire s’esquissa sur le visage de Craig. Ce n’était pas des excuses, mais ça en avait la saveur. Victor était trop fier pour demander pardon ou simplement pour admettre ses erreurs. Craig ne dit rien, et le laissa partir. Ils auraient tout le temps d’en reparler plus tard.


Et côté créateur ?
Je m'appelle Alexis mais tout le monde m’appelle Magneion, Magnus ou Mag, j'ai 30 ans T.T et je viens de France, dans le sud du Nord. J'ai découvert Instincts grâce à PRD maggle. J'ai une fréquence de réponses aux RPs d'environ 3 fois par semaine (après ça dépend si on me répond, ça peut vite partir en ping pong à base de 5 ou 6 RP dans la journée). J'ai pris le temps de lire toutes les annexes, et je m'engage à respecter le règlement.

Quelque chose à ajouter ? Victoriae mundis et mundis lacrima. Bon, ça ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c’est assez dans le ton. – Roi Loth, Kaamelott
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous





Invité
Invité
Lun 10 Sep - 22:25
@Les Anciens : C'est terminé normalement !

J'avais pas mal de liberté et j'sais pas trop, je suis parti loin sur certains trucs je trouve. Si c'est pas clair sur certains points, hésitez pas à me le dire, je m'occupe d'éditer dès que possible
Revenir en haut Aller en bas
Les Anciens
Lettres déposées : 233





Les Anciens
Administrateur
Mar 11 Sep - 23:26


Bienvenue Craig Forbes !

Maintenant que ta fiche est validée, tu peux jouir des droits accordés aux joueurs. Un rang et un groupe te seront attribués en fonction de ton espèce et de ta position. Tu peux dorénavant publier dans la partie jeu tes RPs ou dans la zone membre pour publier tes récapitulatifs, ou rechercher d'éventuels partenaires de jeu notamment !

PS. Tout est bon pour nous. Félicitations pour la rédaction de cette fiche, et pour la superbe prise en main du prédéfini ! Nous avons hâte de te lire en RPs.  James



Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I N S T I N C T S :: Mémorial des oubliés :: Les Archives :: Oubliettes-
Sauter vers: